skip navigation

Cartographie des risques liés aux voyages internationaux

CWT
Février 2020

Il est logique que les personnes qui voyagent pour affaires évaluent les risques, quelle que soit l’ampleur du voyage ou la destination. Les prévisions d’International SOS et sa « Travel Risk Map » nous permettent de le faire.
Février 2019 : une période sensible suite à l'escalade des tensions entre l'Inde et le Pakistan. Les experts en matière de santé et de sécurité des voyages du prestataire International SOS savent à quoi s'attendre et ils sont prêts. Ils reçoivent bientôt 264 demandes d'assistance. En quelques heures, une équipe de gestion des incidents est déployée à Islamabad pour évaluer les risques et aider les clients. Un client veut quitter Lahore le plus vite possible en raison de l'insécurité mais se déplacer par les voies terrestres est dangereux et de nombreux vols sont perturbés. International SOS l'aide à trouver un itinéraire de transport sûr vers Islamabad, à y trouver un logement et à organiser un vol commercial pour quitter le pays.
Partout où une crise éclate, les collaborateurs en déplacement à l’international d’une entreprise sont inévitablement touchés. « L'instabilité, l'imprévisibilité, le changement et l’évolution rapides sont les caractéristiques principales de nombreux incidents dans notre monde moderne », déclare David Johnson, directeur général des services de sécurité chez International SOS.

Au-delà des gros titres

Pour aider les entreprises à hiérarchiser les risques, International SOS publie chaque année une prévision des risques. En 2020, elle a estimé que les risques liés aux changements géopolitiques constitueront le principal défi en matière de mobilité pour les entreprises. Les épidémies de maladies infectieuses dues à des agents pathogènes courants et nouveaux vont augmenter. Et le changement climatique aggravera les perturbations liées à l'environnement. « Les organisations existantes doivent avoir un œil sur toutes ces crises pour protéger leur capital humain et renforcer la résilience commerciale », déclare M. Johnson. « Ce besoin ne fera qu'augmenter, car plus de 40 % de la main-d'œuvre se dirige vers une certaine mobilité ».
Malheureusement, les risques vont bien au-delà des événements qui font la une des journaux. Les voyageurs sont également confrontés à des risques de sécurité dans des zones auparavant considérées comme sûres, explique M. Johnson. En cas d´instabilité civile, par exemple, le choix de l´hébergement peut être critique, même pour une nuit. Et les risques peuvent survenir aussi bien dans les économies émergentes que dans les économies fortement développées. Les entreprises ne doivent pas non plus sous-estimer les risques plus communs comme la sécurité routière. Comme le souligne International SOS, 40 % des accidents de la route dans le monde sont liés au travail, ce qui perturbe considérablement les affaires.
Un autre risque commun, sous-estimé, est la cybercriminalité. Selon les prévisions, les entreprises connaissent ce risque mais elles n´y font toujours pas face efficacement. Un autre défi, identifié dans une étude récente d'International SOS, est que plus d'un tiers des employés adoptent des comportements à risque lors de leurs déplacements professionnels. Ils ont tendance à trop boire, à fréquenter les bars et les boîtes de nuit, à manger dans des endroits peu hygiéniques ou à voyager dans des véhicules sans protection adéquate. Un tiers d'entre eux ressent également chaque semaine un épuisement émotionnel, ce qui est caractéristique du surmenage professionnel. Pourtant, si la plupart des entreprises fournissent un soutien logistique adéquat à leurs travailleurs internationaux (y compris des offres de loisirs lors des déplacements), moins d'un quart d'entre elles s´occupe des problèmes de bien-être ou de santé mentale. « Pour chaque dollar investi par une entreprise dans l'amélioration de la santé mentale sur son lieu de travail, on peut s'attendre à un retour de 2,3 dollars en moyenne », explique M. Johnson.
Il est toutefois intéressant de noter que les questions qui occupent le plus les 26 centres d'assistance d'International SOS (qui traitent plus de 4,2 millions d'appels par an) concernent des problèmes mineurs de santé, tels que des maux d'estomac. « Les organisations existantes doivent avoir un œil sur toutes ces crises pour protéger leur capital humain et renforcer la résilience commerciale », explique M. Johnson. « Le besoin ne fera qu'augmenter, car plus de 40 % de la main-d'œuvre se dirige vers une certaine mobilité ».


Comprendre la carte


Afin d'aider les entreprises à hiérarchiser tous ces risques, International SOS publie chaque année des prévisions dont la « Travel Risk Map », une carte qui classe les pays en fonction de leurs risques médicaux, de leurs risques de sécurité et de leur sécurité routière. Elle s'accompagne de l'enquête « Business Resilience Trends Watch » menée auprès de plus de 1 300 décideurs en matière de voyages d'affaires et qui met en évidence les « zones grises » critiques de risque et les opportunités manquées dans l'exploitation des innovations technologiques pour protéger les collaborateurs.
En quoi la carte des risques liés aux voyages d'affaires peut être utile ? La carte, qui est en open source, donne une indication des risques médicaux, routiers et liés à la sécurité dans le monde entier, sur la base d'une analyse approfondie effectuée par des experts en risques mondiaux d´International SOS. Pour ses clients et ses membres, elle fournit toute une série d'autres analyses, d´informations et d´aides sur les risques liés aux voyages. Cela comprend des briefings individuels, des alertes, une plateforme de formation en ligne accessible à tout moment et une assistance.  

La carte interactive est mise gratuitement à la disposition des clients et des médias pour qu'ils l'intègrent à leur site web afin d´informer les voyageurs. « Beaucoup de nos clients et membres accrochent une carte au mur pour pouvoir s'y référer facilement », explique M. Johnson, mais la carte en ligne est régulièrement mise à jour. « Nos membres sont alertés presque en temps réel en cas de menace, généralement dans les 20 à 30 minutes qui suivent la prise de connaissance d'un problème. Cela nous permet de faire des vérifications puis de donner au client ou au membre les premières recommandations quant aux mesures à prendre ».
Conclusions de l'enquête « Business Resilience Trends Watch »
70% des responsables des voyages d'affaires prévoient de modifier leurs itinéraires de voyage en 2020 en raison des menaces liées à la sécurité. Plus de la moitié des 1 300 entreprises interrogées estiment que les risques sanitaires et sécuritaires ont augmenté en 2019 et 47 % s'attendent à une augmentation des troubles sécuritaires, civils, géopolitiques et des catastrophes naturelles en 2020.
Pourtant, selon International SOS, les employeurs n'adaptent pas leurs politiques de voyage en fonction des nouveaux facteurs de risques potentiels. De plus, les personnes choisissent de ne pas agir dans le cadre de la politique si celle-ci restreint l'utilisation de leur mode de transport ou d'hébergement préféré. Cela crée des « zones grises » de risque. « Il est surprenant de constater que moins d'un tiers des entreprises incluent la cybersécurité dans leurs politiques de voyage », déclare M. Johnson. « Cela pourrait pourtant les exposer à des litiges, nuire à leur réputation si elles ne respectent pas leur obligation de diligence et entraîner des conséquences négatives pour les employés et les entreprises ».
De nombreuses entreprises ne prennent pas non plus en compte la diversité des collaborateurs amenés à se déplacer à l´international dans leurs politiques de voyage. Cela concerne notamment les femmes, les voyageurs handicapés ou souffrant de problèmes de santé mentale et les voyageurs LBGTQ+. « Les entreprises investissent des milliers de dollars dans les nouvelles technologies chaque année, mais très peu d´entre elles semblent se préoccuper de la sécurité de leurs employés, et ce malgré les nouvelles technologies qui offrent d'excellentes solutions en matière de protection », explique M. Johnson. « Grâce aux nouvelles technologies, il est pourtant possible d´assurer la sécurité des personnes : l´utilisation de l'IA dans l'intelligence situationnelle, les formations en ligne ou le suivi des voyageurs en sont de bons exemples. »

Restez en bonne santé

Organisez bien votre voyage pour éviter stress, anxiété et perte de temps. Demandez conseil à International SOS sur les risques sanitaires sur place si les points suivants sont pertinents :
• Dans les régions où sévit la malaria : commencez votre traitement de prévention à temps et prévoyez d´avoir ce qu´il faut avec vous. Si vous vous rendez dans une région éloignée, emportez un kit de détection rapide et un traitement de réserve
• Vérifiez quels sont les vaccins requis ou recommandés
• Si vous souffrez d'une maladie chronique, prenez vos médicaments et faites renouveler les ordonnances
• Si vous souffrez d’une maladie chronique, faites-vous examiner pour vous assurer que vous êtes en état de voyager
• Emportez un désinfectant pour les mains et utilisez-le fréquemment
• Entretenez votre forme physique. Renseignez-vous sur les endroits sûrs pour faire du jogging
• N'oubliez pas de vous munir d'un chapeau, d'un écran solaire, d'un insectifuge et de lunettes de soleil
• Soyez attentif aux consignes de sécurité locales et faites des pauses fréquentes dans vos déplacements
• Restez bien hydraté avec des boissons non caféinées et non alcoolisées (surtout en avion)
• Contrôlez la provenance de votre nourriture pour éviter la diarrhée des voyageurs
• Si vous tombez malade, en particulier si vous avez de la fièvre ou état grippal à votre retour, informez votre médecin de vos antécédents de voyage.

Top 5 des risques pour la santé et la sécurité en 2020

1. Les risques liés aux mutations géopolitiques constitueront le principal défi pour la mobilité au sein des entreprises
2. Les enjeux liés à la santé mentale vont gagner en importance
3. Les entreprises anticiperont davantage en matière de protection de la santé physique
4. La cybercriminalité est susceptible de se développer et de constituer un risque croissant pour la sécurité
5. Le changement climatique aggravera les perturbations liées à l'environnement

Restez en sécurité dans la foule

Rob Condina, directeur de la sécurité pour l'Europe chez International SOS, donne cinq conseils sur la manière de se comporter dans la rue :

1. Familiarisez-vous avec votre environnement, soyez vigilant et averti
2. Identifiez les sorties en cas de nécessité
3. Ayez sur vous un téléphone portable chargé afin de pouvoir accéder aux informations sur les perturbations ou les incidents en cours et appeler à l'aide si besoin
4. Suivez les conseils des autorités locales et faites confiance aux services de police, de renseignement et de sécurité pour prévenir ou empêcher un incident et contactez-les à bon escient
5. Marchez à contre-sens de la circulation si vous marchez sur des voies ou des ponts principaux afin de voir arriver le danger le cas échéant

Nous sommes là pour vous aider à faire la différence!

Si vous souhaitez échanger sur la façon dont nous pouvons vous aider et recevoir des informations au sujet de nos produits et services, veuillez renseigner le formulaire ci-dessous. Nous vous contacterons sous trois jours ouvrables. Vous pourrez vous désabonner de notre liste de diffusion à tout moment en utilisant le lien de désabonnement contenu dans nos e-mails.

Parlons nous !